Témoignages

Vincent témoignage

Quand on entre dans un théâtre la première fois, ça fait bizarre. Il y a une odeur particulière comme si on avait resté à l’époque de Molière. Bien que je ne savait pas encore qui c’était ce Molière dont on allait me rabattre les oreilles par la suite. Molière c’est parait-il notre patron, c’est lui qui à inventé le rire. Et c’est grâce à lui que des types comme Palmade, Robin, Bigard, De Funès ou Bourvil etc...nous font rire.

Après avoir passé la porte, Je suis arrivé directement sur la scène. Ici ils s’appellent ça le plateau. C’est vaguement peint en noir mais sans plus. J’ai pensé que ça devait être à cause de tous ceux qui marchaient dessus tout les jours depuis l’époque de Molière. Presque tout autour il y a des fauteuil rouges, comme au cinéma mais plus chic.. Sur la scène ou le plateau, selon qu’on veut l’appeler, un type  avec une chemise bizarre m’a souhaité la bienvenue en me serrant la main.

Là, à écouter et à regarder le type qui parlait on était à peu près une quinzaine. Tous des gosses bizarres avec un type en face nous, bizarre. Il m’a semblé à un moment qu’il se présentait. il a dit un nom étranger, un nom italien comme le mien mais je ne l’ai pas retenu. Il avait une étrange façon de s’adresser à nous. Lui même a dû le sentir parce qu’à un moment il nous as demandé :” Ca va, je ne parle pas chinois ?

Lola témoignage

Notre professeur de théâtre, nous as fait venir sur scène et il nous as demandé de nous asseoir sur le plateau. Il a dit : Nous les comédiens, on vénère deux choses, comme les indiens d’Amérique ou les égyptiens, le plateau qui est pour nous comme la terre qui nous nourrit et les projecteurs qui sont notre soleil, notre lumière de jour ou de nuit dans laquelle on va vivre. Vous comprenez. Il est important avant de parler que vous appreniez à sentir, ressentir. Essayez de sentir le sol sur lequel vous êtes assis. Si vous vous concentrez un peu vous pouvez sentir si c’est rugueux ou lisse, si c’est chaud ou froid. Enregistrer vos impressions, gardez-les précieusement dans la bibliothèque sensorielle de votre mémoire. Allongez vous et découvrez la salle sous cette angle nouveau. ça m'a fait bizarre et à la fin ça m'a rappeler comme quand je m'allonge sur une plage ou dans l'herbe et que je regarde le ciel. De là on peut tout imaginer. Mon esprit se ballade. C'est sans doute ça le but de ce première exercice. J'ai aimée.

 

 

Bertrand témoigne

 

Je suis plus tôt envelopper. Un peu complexé. C'est pour ça que je veux faire du théâtre. Vaincre mes complexes et ma timidité. Le prof nous as dit de nous levez et essayez de ressentir le sol sous vos pieds, le poids de votre corps sur ce sol, l’espace qu’il y a autour de vous. Au dessus de vous. J'ai pas été alaise du coup. Justement mon pods c'est c'qui me pose des problème. Marcher dans cet espace et respecter l’espace qui vous sépare de vos partenaires. Respirez calmement, régulièrement.. Maintenant marcher plus vite, encore plus vite, accélérer, accélérer, courez d’une façon ordonné, régulière, symétrique à vos partenaires, respectez le cercle que vous formé. Maintenant changez de direction et courez dans tous les sens mais sans vous heurter. Sans aucune brutalité entre vous. Et maintenant comme si vous étiez effrayé, crier de peur à chaque fois que vous croisez quelqu’un, crier de toutes vos forces. Ayez peur ou essayez d’avoir peur et criez. Maintenant à chaque fois que vous croisez quelqu’un vous allez rire. Riez, riez de bonheur. comme part une belle journée ensoleillé, comme si vous rencontriez un clown, des clowns, un ami qui vous des blagues, riez, riez comme quand vous jouez et avec chaque partenaire ayez des rires différents. essayez de comprendre pourquoi l’autre vous fait cet effet. Essayez de comprendre la différence entre vous. Essayez de communiquez avec chaque partenaire que vous croisez. par le regard, comme une invitation à un voyage, comme si vous vouliez devenir ami avec lui, avec elle. Maintenant que vous vous êtes tous rencontrez ralentissez. En vous servant de la respiration et de votre essoufflement saccadé vous allez pleurer, pleurer comme si vous étiez seul sur la terre, comme si vous veniez d’être séparez de vos parents, de votre famille, de vos amis, jusqu'à ce que je vous dise d’arrêter. que je vous dises stop ! STOP ! Maintenant écoutez-moi bien. La parole est le résultat de deux facteurs. Premièrement la perception que l’on a de quelque chose, d’un espace, d’une rencontre, d’un goût. Quand vous êtes entrer dans ce théâtre la première fois, vous avez eu une impression puis cette impression est devenu un sentiment ou une émotion. Si je vous donne un bonbon imaginaire, il faut que vous soyez capable de recréer la forme, le goût dans votre bouche. Que vous soyez capable de retrouver l’odeur, la couleur. Donc la perception est importante. Cette perception vous amène ensuite à un sentiment ou une émotion et ensuite vous exprimer cette perception, ce sentiment, cet émotion par des mots. Donc pour ne pas parler comme un perroquet, il faut percevoir et ressentir, et les mots viennent en dernier. Houa ! Tous ça malgré mon essoufflement ça m'a fait un bien énorme. J'ai adoré ce premier contact.

Sous formes d'exercices de langage et d’écriture,  nous demandons à nos élèves d'exprimer leurs réflexions et impressions personnelles.

Une façon de théâtraliser tous ce qu'ils ressentent

 de le structurer et de le mettre en forme. Les habituer à la dramaturgie.

Ecole du comédien, scène et image | Formation d'acteur | Île-de-France |

  • YouTube
  • Facebook Social Icône
  • Google+ Icône sociale

© Ecole du comédien scène et image 2018